Contemporain

L’Instant Présent • Guillaume Musso

Introduction 

J’avais ce livre depuis longtemps dans ma bibliothèque. Confinement oblige, je me suis dit que c’était le moment idéal pour épurer ma PAL (ma liseuse étant plus adaptée quand je prends les transports). Je suis toujours partagée après mes lectures de Guillaume Musso : ce sont de véritables page-turners, mais j’ai tendance à en oublier le contenu très rapidement, preuve donc que ce ne sont pas des livres qui me marquent. De plus, j’ai eu des avis diamétralement opposés sur mes deux dernières lectures de Musso : j’avais adoré La Fille de Papier et détesté La Fille de Brooklyn. C’est donc sans attente particulière que je me suis lancée dans cette lecture… et j’ai adoré !

Résumé 

Pour payer ses études d’art dramatique, Lisa travaille dans un bar de Manhattan. Elle y fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. En apparence, il a tout pour plaire.

Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Deux ans plus tôt, il a hérité de la résidence de son grand-père : un vieux phare isolé dans lequel une pièce a été condamnée. Malgré sa promesse, il a choisi d’ouvrir la porte, découvrant une vérité bouleversante qui lui interdit de mener une vie normale. Sa rencontre avec Lisa va tout changer et lui redonner une raison d’espérer. Dès lors, Arthur et Lisa n’ont qu’une obsession, déjouer les pièges que leur impose le plus pitoyable des ennemis : le temps.

Avis 

Arthur Costello est un jeune chirurgien de 25 ans qui habite Boston. Il hérite de son grand-père, disparu depuis de nombreuses années, le phare des 24-Vents. Pour cela il va accepter deux conditions : ne jamais vendre le phare et ne pas ouvrir la porte métallique qui se trouve à l’intérieur de celui-ci. Pétri de curiosité, il ne résiste pas à la tentation et décide de découvrir ce qui se cache derrière cette fameuse porte… Il est alors propulsé à New York… 1 an plus tard ! Arthur se retrouve alors pris dans un tourbillon d’événements qu’il n’était pas prêt de prévoir.

A partir de là commence une succession d’événements, qui font que l’on n’arrive plus à lâcher le roman. Arthur va retrouver la trace de son grand-père Sullivan, personnage très attachant mais également faire la rencontre de Lisa, une jeune femme dont il sera très rapidement épris.

On ne cesse alors de se poser mille et une questions : Arthur est-il fou, comme son grand-père ? Pourquoi se réveille-t-il dans ces endroits si particuliers ? Pourquoi tout le ramène-t-il toujours à Lisa ? Mais chut… je n’en dis pas plus afin de ne spoiler l’intrigue.

« – C’est quoi, cette inscription ? « Souviens-toi que l’on a deux vies ? » – C’est une vieille parole de sagesse chinoise : on a deux vies et la seconde commence lorsqu’on prend conscience qu’on en a qu’une. »

La cinquième et dernière partie du roman montre tout le talent de Musso. Il donne encore une fois une fin à laquelle on ne s’attendait pas. Une fin magnifique. Avec un jeu de passe-passe littéraire, il nous livre comme un secret ce qui permet à l’écrivain de toucher au plus profond et au plus intime du lecteur :

« Je vous ai simplement conseillé de mettre votre douleur à distance en la cristallisant dan une fiction. De rendre acceptable dans une romance qui est inacceptable dans la réalité. »

Alors ne vous fiez pas à la 4ème de couverture qui laisse à penser que ce n’est qu’une romance car cette histoire est bien plus que cela…

Pour conclure 

Un très beau roman de Guillaume Musso, pour moi son meilleur ! On pense lire un roman d’amour, parsemé de touches de science-fiction. Or, c’est un roman sur le temps qui passe, sur la résilience, sur l’amour, la culpabilité et sur l’acceptation des événements terribles qui jalonnent une vie. Une belle surprise !

Ma note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *